Suivre par Email

mardi 17 septembre 2013

Un nouveau design de volets pour les ailes des avions du futur

Tous les facteurs contribuant à une non-planéité des surfaces portantes d'un avion, telles que les ailes, contribue à créer des turbulences. Celles-ci pèsent sur l'efficacité énergétique de l'avion. En effet, un écoulement laminaire (sans turbulences) le long des ailes aurait pour avantage de réduire la consommation en kérosène.

Cet état de fait a présidé au lancement du projet européen DeSiReH, coordonné par le Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR) de Brunswick (Basse-Saxe), qui propose de nouveaux concepts de volets, tant au bord de fuite qu'au bord d'attaque. Ces nouveaux designs s'inséreraient parfaitement dans une aile, qui elle aussi a été repensée pour l'occasion. Jochen Wild, coordinateur du projet DeSiReH pour le DLR, explique que "les bords des volets perturbent les écoulements. C'est pourquoi nous avons développé ces nouveaux systèmes de volets." Les becs Krueger ont ainsi, par exemple, été redessinés.



Schéma des surfaces mobiles d'une aile d'avion
1 - Ailette verticale marginale (Winglet en anglais)
2 - Aileron basse vitesse
3 - Aileron haute vitesse
4 - Rail de glissement des volets
5 - Becs de bord d'attaque de type Krüger
6 - Becs de bord d'attaque de type Slats
7 - Volets intérieurs de type Fowler
8 - Volets extérieurs de type Fowler
9 - Spoilers (destructeur de portance)
10 - Spoilers / aérofreins

Les concepts ont été testés dans la soufflerie européenne supersonique (ETW) de Cologne (Rhénanie du Nord-Westphalie). Jochen Wild présente les résultats des essais: "Nous avons remarqué une économie de carburant de 7%. Nous pouvons, sur la base de nos essais, dire que l'écoulement laminaire est faisable. C'est un pas de plus vers des avions plus efficients."

Les chercheurs ont, comme l'explique M. Wild, changé de méthode de travail et ont surtout utilisé leurs différentes expériences: "Nous nous sommes basés uniquement sur des simulations numériques pour dessiner notre concept. Chaque chercheur a, selon son expérience, utilisé différentes méthodes, que nous avons ensuite compilées. Nous pouvons donc tout de suite fabriquer un modèle et le tester en soufflerie sous conditions réelles, en évitant de passer par l'étape de mise à l'échelle.

Le projet DeSiReH a commencé en 2009 et s'achève en 2013. La Commission européenne le finance à hauteur de cinq millions d'euros.

Posté par Adrien le Lundi 16/09/2013 à 00:00

Source: BE Allemagne numéro 626 (12/09/2013) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT -http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /73915.htm
Illustration: Wikipédia

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=12023

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire