Suivre par Email

lundi 19 août 2013

Innovation: la Suisse et la Scandinavie dominent le classement de l'indice mondial de l'innovation




La 6ème édition de l’indice mondial de l’innovation (GII) fait la part belle à la Suisse et aux pays scandinaves quand les pays émergents, notamment les BRICs, poussent au portillon.

Comme tous les ans, l'université de Cornell, l’INSEAD et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) entendent mesurer le degré d'innovation à travers le monde, avec l’indice mondial de l’innovation, le GII. Celui-ci propose un classement des capacités et des performances des pays en matière d’innovation et est, à ce titre, devenu un outil de comparaison reconnu entre nations ou régions du monde. Sont identifiés et évalués pour leur créativité et vélléités innovantes 5 domaines ou piliers : les institutions, la recherche et le capital humain, l’infrastructure, le perfectionnement des marchés et le perfectionnement des entreprises. 142 pays ont ainsi été passés au peigne fin de 84 indicateurs dont sont tirés autant de tableaux de données. Ces derniers servent notamment à l'ébauche de l’orientation à venir en termes de politiques publiques et d'un scénario pour initier un dialogue public-privé. Enfin, l'indice permet tout particulièrement aux décideurs ou à toute partie prenante d’évaluer en permanence les progrès accomplis en la matière. Compte tenu du rôle fondamental de l’innovation dans la croissance et la prospérité économiques, le GII pourrait bien, à l'avenir, devenir un indicateur sous les feux des projecteurs.

Les pays émergents enregistrent les plus belles progressions

Le haut du classement reste l’apanage des nations occidentales puisque la Suisse, la Suède, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et les Etats-Unis en forment le top 5. Dans le détail, la Suisse et la Suède, en habitués du haut du classement, dominent sur l’évaluation de tous les piliers. Si les résultats du Royaume-Uni sont équilibrés dans leur ensemble, les Etats-Unis tirent, eux, parti de la qualité de leur système d’éducation. Un enseignement est à tirer de cette année: 2013 marque désormais le caractère mondial de l’innovation. En effet,18 territoires dits pays pauvres ou émergents se sont cette année distingués par une intensification de leurs activités innovantes. On y retrouve notamment, la Chine, l’Inde, la Jordanie, le Kenya, la Hongrie ou le Costa Rica. Les progrès ne sont certes pas uniformes, mais résultent de l’application de politiques adaptées tant dans les institutions et les infrastructures que dans l’intégration sur les marchés mondiaux. La région d’Amérique latine est celle qui a connu la plus nette amélioration dans le classement, avec le Costa Rica en tête du classement régional.

Des budgets qui se maintiennent malgré la crise et de l'importance des pôles d’innovation locaux

Si l'effet de la crise fût notable dans le classement des dernières années, le GII révèle des budgets prodigues en matière de R&Den 2013: les dépenses dépassent les niveaux de 2008 dans la plupart des pays. Ces résultats sont tirés vers le haut par les marchés émergents. De manière analogue, ces pays, et notamment la Chine, sont devenus d’importants contributeurs en dépôts de brevets. Bonne nouvelle: il semblerait que la dynamique de l’innovation puisse émerger au niveau local. Cette caractéristique est généralement sous-évaluée au profit des modèles d’innovation ayant déjà fait leurs preuves ailleurs. Pourtant l’émergence d’écosystèmes originaux issus de spécificités locales, en fait basés sur des avantages comparatifs, s’avère être une stratégie payante, à condition d’adopter une approche globale. L’innovation locale pourrait ainsi devenir vectrice et moteur de changement, et créer de nouvelles opportunités partout dans le monde.

Par Pierre-Marie Mateo 19 août 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire