Suivre par Email

vendredi 27 avril 2012

"La coopération, c'est aussi créer un environnement international favorable"

"La coopération au développement, c'est certes de l'aide publique, mais c'est aussi et de plus en plus créer un environnement international sur le plan économique et financier qui permette ce développement", affirme Paul Magnette. Ministre de la Coopération PS dans le gouvernement Di Rupo, il veut mettre quelques accents politiques différents sur la politique dans ce domaine.

"Ma présence mardi et mercredi à la XIII Conférence de la CNUCED (Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement) s'inscrit dans ce cadre", souligne le ministre. Il rappelle que cette institution porte un message différent et constitue un contre-poids au discours du FMI (Fonds monétaire international) et de la Banque Mondiale.

Si l'aide publique représentait par le passé jusqu'à 70% des flux Nord-Sud, elle n'en représente plus aujourd'hui que 13%, rappelle-t-il.

"La Coopération ne peut plus se résumer à l'aide publique. L'essentiel aujourd'hui pour aider les pays à se développer est de veiller à un environnement international qui ne contrecarre pas leurs efforts".

Et d'insister sur le fait que la cohérence des politiques est dès lors très importante. Lutter contre la spéculation et le blanchiment, c'est aussi aider les pays pauvres à se développement, ajoute-t-il.

Dans cette optique, la CNUCED joue un rôle de réflexion "important". Le ministre insiste sur le fait que cette institution a attiré très tôt l'attention sur les dérives de la politique prônée par le FMI et la Banque mondiale et qu'elle a prévu la crise financière qui secoue le monde depuis 2008.

"Mais l'on constate depuis longtemps que toute institution qui dérange le monde de la grande finance fait l'objet d'attaques visant à la discréditer. Ce fut aussi le cas pour la CNUCED même si celle-ci s'en tire relativement bien", note Paul Magnette.

Pour lui, l'institution doit continuer à jouer le rôle qui a été le sien jusqu'à présent et c'est pour cela qu'il s'oppose à ceux qui veulent limiter son mandat et l'empêcher de mener des réflexions sur le monde de la finance. La Belgique défend sur ce point une position différente de l'Union européenne, souligne le ministre, qui a rappelé son message lors d'un débat général mercredi après-midi.

"Dans le cadre des changement que nous connaissons, j'insiste sur l'importance à accorder plus d'attention à la cohérence des politiques d'investissements, financières et commerciales avec les objectifs de développement. La CNUCED doit continuer à nourrir la réflexion sur ces sujets", a-t-il notamment déclaré à cette occasion.

La cohérence des politiques est importante sur le plan international mais aussi national. Paul Magnette rappelle à ce propos que l'accord de gouvernement prévoit clairement d'agir en ce sens. Il s'agit d'une des tâches à laquelle il s'attachera.

Par: rédaction 

25/04/12 - 15h08 

Source: belga.be 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire