Suivre par Email

mercredi 25 septembre 2013

Un kickstarter de projets scientifiques made in France

La plateforme de financement participatif Davincicrowd est en ligne depuis le 23 septembre.

Davincicrowd : une plateforme de financement participatif lancée par l'IFFRES, pour soutenir des projets d'intérêt généraux à caractère scientifique IFFRES


FINANCEMENT. « La recherche et l'enseignement supérieur ont toujours été les parents pauvres du mécénat en France. L'IFFRES est né de ce constat en 2009 » explique Max Anghilante, président de cet Institut Français des Fondations de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur.

La raison d'être de ce "think tank" : organiser des colloques et des rencontres afin de mettre en relation des entreprises en quête de mécénat et des investisseurs privés, ou des fondations, avec des écoles, des universités ou encore des associations.

Depuis lundi 23 septembre, l'IFFRES poursuit cet objectif en lançant sur Internet une plateforme de financement participatif baptisée Davincicrowd.

Basé sur le don et pas sur le pré-achat

La mission de cette plateforme est de faciliter le financement de projets d'intérêt général dans le domaine des sciences, de la santé et de la recherche. Par exemple « aider des étudiants à poursuivre leurs études, contribuer à de grands travaux de recherche scientifique et médicale conduits par les meilleures équipes, renforcer la qualité de l’enseignement de votre université ou de votre école... » explique le site sur ses pages.

ASPIRATIONS. L'internaute y est invité à découvrir les projets classés par catégories en fonction de ses aspirations. Par exemple, aider des étudiants, démocratiser la science, récompenser l'excellence, renforcer la créativité et l'innovation, soutenir la recherche et l'innovation... Et ce dans le domaine de son choix (mathématiques, biologie, sciences sociales, sciences de l'ingénieur, information et communication, etc.)

Les projets s'affichent alors sous la forme d'une constellation dont chaque point, représentant un projet, est cliquable. Une fois le projet choisi, un menu déroulant invite l'internaute à choisir la somme qu'il souhaite donner, tandis qu'une barre de téléchargement l'informe sur l'avancement du financement du projet.

Une poignée de projets

Toutefois, contrairement à une plateforme participative telle que kickstarter, l'internaute ne pré-achète rien en soutenant un projet. Il s'agit d'un don sans contrepartie, si ce n'est celle des réductions fiscales associées. En effet, 66 % des sommes versées sont déduites des impôts.

PLÉTHORIQUE. Pour le moment, l'offre de projets à soutenir n'est pas vraiment pléthorique. Nous en avons recensé trois : deux visant à lutter contre les maladies respiratoires, et un ayant pour objectif de financer un appareil facilitant la communication avec les personnes attesintes de la maladie de Charcot. Une affection qui prive petit à petit les malades de leurs capacités motrices, notamment de l’usage de la parole et de la main, alors que leurs facultés intellectuelles restent intactes.

Mais ce n'est qu'un début. « Dans les 2 ou 3 semaines qui viennent, nous devrions avoir une vingtaine de nouveaux projets significatifs, et qui vont couvrir un spectre d'activités beaucoup plus large » assure Max Anghilante. On attend avec impatience d'y dénicher quelques pépites.

Publié le 24-09-2013 à 17h50 - Mis à jour le 25-09-2013 à 09h36

Par Erwan Lecomte
Sciences & Avenir

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/kickstarter/20130924.OBS8242/un-kickstarter-de-projets-scientifiques-made-in-france.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire