Suivre par Email

jeudi 25 juillet 2013

545.000 euros: c'est ce que vont débourser des Norvégiens pour être éclairés par le soleil


Copyright Reuters

Et la lumière fut. Une ville norvégienne vient de faire installer des miroirs afin de réfléchir la lumière solaire masquée plus de la moitié de l'année. Un projet déjà expérimenté avec succès, plus au sud en Autriche et en Italie.

Un débat de cent ans ou presque. Il se sera en effet écoulé un siècle entre l'idée et l'approbation du projet. Après cinq ans de débats, le petit village norvégien de Rjukan perché au creux d'une vallée encaissée, pourra enfin recevoir la lumière du soleil grâce à des miroirs réfléchissant les rayons de l'astre solaire (cf. photo ci-dessous publiée sur le site officiel du village).


Il faut dire que Rjukan a (presque) toutes les caractéristiques du village idyllique avec ses belles montagnes se découpant sur un splendide ciel bleu (par beau temps) et sa célèbre chute d'eau de 104 mètres renommée dans tout le pays. Sauf que le village est privé de toute lumière naturelle entre les mois de septembre et mars, soit...sept mois sur douze. Le détail a son importance. A tel point que le retour de l'astre est célébré chaque année sur la place principale du village. Une fête assez répandue dans les pays nordiques où le soleil est absent la majeure partie de l'année.



Ses habitants ne peuvent donc que se réjouir de l'installation de 100 mètres carrés de miroirs à 450 mètres d'altitude qui seront contrôlés par ordinateur. Coût de l'opération? 5 millions de couronnes norvégiennes, soit près de 545.000 euros.

La démarche n'est toutefois pas nouvelle. Le village autrichien de Rattenberg avait fait installer en 2005 une trentaine de miroirs rotatifs contrôlés par ordinateur. La commune piémontaise de Viganella, en Italie, avait elle aussi fait poser un miroir géant d'une quarantaine de mètres carrés en 2006, afin de réfléchir la lumière solaire sur la place centrale en hiver. Enfin, la Suisse avait également envisagé un projet similaire en 2007, pour la municipalité de Bondo. Et la lumière fut.

latribune.fr | 24/07/2013, 16:42 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire