Suivre par Email

jeudi 25 juillet 2013

Quand la géothermie provoque des tremblements de terre

Une analyse des tremblements de terre autour de la région du champ géothermique de Salton Sea situé dans le sud de la Californie a montré une forte corrélation entre l'activité sismique et les opérations de production d'énergie géothermique, qui impliquent un pompage de fluides dans et hors du réservoir souterrain.

"Nous montrons que le taux de tremblement de terre dans la mer de Salton suit une combinaison du volume de fluide extrait du sol pour la production d'énergie et le volume d'eau injecté", a déclaré Emily Brodsky, géophysicienne à l'Université de Californie de Santa Cruz (UCSC), et auteure principale de l'étude.

"Les résultats montrent que nous pourrions être en mesure de prédire les tremblements de terre générés par les activités humaines. Pour ce faire, nous devons avoir une grande vision du système et considérer à la fois l'eau entrant et sortant de la terre", a ajouté E. Brodsky.

L'équipe qui a travaillé sur le projet, a étudié les sismographes des tremblements de terre dans la région de 1981 à 2012. Elle a comparé l'activité sismique avec des données de production de la centrale géothermique, y compris lors des phases d'injection et d'extraction de fluides.

Pendant la période d'exploitation géothermique - relativement faible - avant 1986, la fréquence de tremblements de terre était également faible dans la région. La sismicité s'est accrue alors que les opérations ont augmenté. Après 2001, à la fois les opérations géothermiques et de sismicité ont augmenté régulièrement.

Les chercheurs ont suivi l'évolution du pompage net au fil du temps par rapport à l'activité sismique. Ils ont développé une méthode statistique permettant de séparer les répliques, et de mesurer le "taux de base" des tremblements de terre dits primaires.

"Nous avons constaté une corrélation entre la sismicité et le pompage net", a expliqué E. Brodsky. "La corrélation s'est resserrée lorsque nous avons combiné toutes les informations que nous avions sur l'injection des fluides et de l'extraction nette. L'activité sismique est clairement pistée quand les changements s'opèrent sur le volume du liquide dans le sol."

[ Illustration article ]

La grande majorité des séismes induits sont de petites tailles, et la même chose est vraie des tremblements de terre en général. La question clé est de savoir si un plus grand tremblement de terre pourrait se produire dans la région. Le dernier séisme a ainsi atteint une magnitude 5,1 sur la période étudiée de 30 ans.

La proximité de la faille de San Andreas, est capable de déclencher des tremblements de terre extrêmement destructrices d'une magnitude 8, selon E. Brodsky : "L'emplacement du champ géothermique à l'extrémité sud de la faille de San Andreas reste préoccupante en raison de la possibilité de provoquer un tremblement de terre dommageable (...) il est difficile de tracer une ligne directe des effets du champ géothermique sur la faille de San Andreas, mais il semble plausible qu'ils puissent interagir".

Le champ géothermique de la mer de Salton est l'un des 4 champs géothermiques en exploitation dans la région.


Publié le 25/07/2013 à 08:30
© Enerzine.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire