Suivre par Email

vendredi 12 juillet 2013

L’urbanisation et la numérisation, facteurs clefs de la boutique de demain




Frost & Sullivan prédit que, d’ici douze ans, le commerce de détail sera transformé par la mondialisation et une connectivité moyenne des personnes plus importante qu’elle ne l’est aujourd’hui.

D’ici 2025, les analystes de Frost & Sullivan s’attendent à ce que les ventes numériques représentent pour 19% des achats réalisés par les consommateurs, soit environ 4.3 billions de dollars. Selon cette même étude,Bricks and clicks : Next generation on retailing, les ventes numériques ne comptaient que pour 5% du total mondial en 2011. Frost & Sullivan ne sont pas les seuls à remarquer les profonds changements qui ont affecté ou transformeront le commerce de détail dans les années à venir mais, les deux analystes à l’origine de l’étude, Archana Armanath et Archana Vidyasekar, pensent que trois facteurs seraient à prendre en compte pour prédire le futur. Les tendances de la société, l’urbanisation grandissante et la plus grande connectivité de l’ensemble de la population porteraient le commerce de détail vers un remaniement de son architecture.

Urbanisme et connectivité

La connectivité de la population mondiale grâce aux appareils portables et à l’urbanisation galopante de la planète seraient les deux autres données à prendre en compte. Frost & Sullivan estime le nombre de villes majeures autour de 50 dont 35 mégalopoles, avec une moyenne de cinq objets connectés par personne. Le besoin de place à l’intérieur des villes obligerait donc les boutiques à réduire leur taille d’un ordre de 15 à 20%, et des méthodes d’achats remodelées par les senseurs et l’interactivité plus grande entre boutique physiques et leur identité numérique. Les analystes songent aussi à l’évolution que pourraient apporter les services géo-localisés grâce à Foursquare, les achats réalisés avec la réalité augmentée chez Wal-Mart ou encore les procédés d’imagerie holographiques utilisés par la compagnie Diesel.

Génération Y

Parmi les futures tendances de la société qui pourraient modifier le commerce de détail, la génération Y aurait son mot à dire. En effet, d’après les analystes, la population totale comptera 2.4 milliards de natifs de cette génération, déjà habitués aux us et coutumes du commerce numérique. Il s’agirait aussi de mieux savoir cibler les consommateurs, avec l’émergence d’une classe moyenne en Inde et en Chine de 1.5 millions de personnes. L’âge ou le genre des consommateurs seraient aussi à prendre en compte car, d’ici douze ans, un client sur dix serait âgé de 65 ans ou plus, et un consommateur sur trois devrait être une consommatrice possédant un emploi.

Par Guillaume Parodi 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire