Suivre par Email

mardi 28 juin 2011

Aung San Suu Kyi: les Birmans envient les Tunisiens et les Egyptiens

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a déclaré, lors d'une intervention diffusée mardi sur la BBC, que ses compatriotes enviaient les populations en Tunisie et en Egypte, où des soulèvements populaires ont entraîné la chute des présidents Zine el Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak.Dans des enregistrements sortis clandestinement de Birmanie, la lauréate du prix Nobel de la paix dresse un parallèle entre les révoltes qui secouent le monde arabe et la lutte engagée dans son propre pays sous la junte.

En Tunisie, le suicide d'un jeune vendeur de fruits a déclenché une vague de mouvements contestataires contre les régimes de plusieurs pays arabes. En Birmanie, le décès d'un étudiant avait provoqué en 1988 un soulèvement contre les militaires au pouvoir.

"En Tunisie et en Birmanie, les décès de deux jeunes gens ont été les miroirs qui ont permis aux gens de voir combien étaient insupportables les fardeaux de l'injustice et de l'oppression qu'ils devaient endurer", a souligné Aung San Suu Kyi dans le cadre de son intervention.

L'icône de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), qui s'oppose au gouvernement birman soutenu par les militaires, a cependant observé deux grandes distinctions. A la différence des événements en Tunisie et en Egypte, où les soldats ont laissé les régimes chuter, l'armée birmane a écrasé la révolution. En outre, a-t-elle noté, Internet et les médias sociaux n'étaient pas présents pour témoigner de cette révolte en temps réel.

Aung San Suu Kyi a passé une quinzaine de ces 22 dernières années en résidence surveillée ou en détention. Son assignation à résidence a été levée il y a sept mois et elle a fait, depuis, plusieurs déclarations publiques.

La semaine dernière, elle s'était adressée aux membres du Congrès américain par le biais d'une vidéo, réclamant la mise en place d'une commission d'enquête sur les violations des droits de l'Homme en Birmanie.

La lauréate du Nobel de la paix 1991 s'est exprimée sur la BBC dans le cadre d'une série d'interventions prestigieuses diffusées chaque année sous le titre des "Reith Lectures". L'ont précédée dans cet exercice, le philosophe britannique Bertrand Russell, l'historien britannique Arnold Toynbee et le physicien américain Julius Robert Oppenheimer, qui a participé à la mise au point des premières bombes atomiques. AP

cr/v248

Publié le 28-06-11
tempsreel.nouvelobs.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire