Suivre par Email

lundi 27 juin 2011

Un ordinateur… sans processeur

Le Duo Adept rejoint la courte liste des ordinateurs assemblés à partir de simples composants électroniques, sans utilisation d’un processeur. Une machine étonnante.

Jack Eisenmann vient de concevoir un ordinateur personnel 8 bits original, puisqu’il n’est animé par aucun microprocesseur. En effet, ce sont des composants logiques on ne peut plus classiques qui reproduisent ici toutes les fonctions d’un processeur.

Le Duo Adept est une machine contrôlée par un clavier PS/2, capable de piloter un écran (en noir et blanc, avec une résolution de 208 x 240 points). La mémoire se compose de 64 ko de RAM statique, dont 6 ko sont réservés à la vidéo. Le tout fonctionne à la cadence infernale de 4 MHz. Un PC personnel digne des années 1980 !

Ce genre de processeur construit à partir de composants TTL n’a rien de nouveau. À notre connaissance, c’est David Brooks qui a lancé le mouvement des ordinateurs de conception 100 % maison, avec son Simplex-III. Le Magic-1 est également célèbre pour sa capacité à faire fonctionner Minix. Le Duo Adept est toutefois un des rares capable de piloter un écran (avec le MyCPU, un modèle bien plus complexe). À ce jour, plus de 20 machines sont référencées au sein du WebRing des Homebuilt CPUs. Des initiatives inutiles ? Pas forcément. Elles montrent tout d’abord que non seulement la technologie a évolué, mais qu’en plus nous la maitrisons mieux avec le recul. L’ordinateur conçu par Harry Porter, composé de simples relais, est ainsi un exemple de maitrise technologique.

Ce minimalisme peut également être une source d’optimisations, imposées par le peu de moyens disponibles. Le premier cœur ARM aurait ainsi été assemblé à partir de transistors disposés sur plaque percée de trous (le tout étant assemblé par simple wrappage). La légende veut que tous ses successeurs (tout du moins jusqu’à l’ARM7) aient été conçus suivant le même modèle, afin de forcer les ingénieurs à utiliser un minimum de transistors, ce qui se traduisait in fine par une efficacité énergétique sans égale (ou des performances maximales, suivant le choix effectué lors du passage en fonderie).

le 27 juin 2011

silicon.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire