Suivre par Email

mercredi 29 juin 2011

Les classements des universités au banc d’essai

Conséquence de la mondialisation de l’enseignement supérieur et la recherche, les classements d’universités jouent un rôle croissant, non seulement dans la définition des stratégies d’établissements, mais aussi dans les décisions prises par la puissance publique en matière de politique scientifique et universitaire.

En 2003, la première publication du  classement de Shanghai  et l’image peu flatteuse des universités françaises qu’il restituait, ont introduit durablement les classements dans le débat public sur l’enseignement supérieur et la recherche. Depuis lors, les classements mondiaux d’universités se sont multipliés alors même que la fiabilité et la pertinence de ces classements font de plus en plus question.

La Présidence française de l’Union Européenne en 2008 a pris l’initiative de proposer un classement européen à portée mondiale, idée qui a donné lieu à un appel d’offres lancé par la Commission européenne et remporté par le consortium CHERPA
1. C’est ainsi qu’est né le projet U-Multirank. Etabli en rupture avec l’idée de palmarès des établissements, il s’appuie sur une conception multidimensionnelle alors que la plupart des classements privilégient une approche unidimensionnelle mettant généralement la recherche en exergue. Dès le mois de mars 2008, avant même que le projet de classement européen  ne soit porté par la Présidence française de l’Union Européenne, la CPU en avait fait l’une des propositions phares issues de son colloque annuel qui se déroulait alors à Bruxelles et avait l’Europe pour thème. La CPU a été partie prenante du projet de classement européen à travers l’OST 2 qui fédérait les partenaires français.

U-Multirank devrait publier les résultats de son étude le 11 juillet prochain. Les conclusions essentielles en ont été présentées le 9 juin dernier, lors d’une conférence à Bruxelles. Par ailleurs le rapport de l’EUA consacré à l’analyse des classements mondiaux d’universités « Global university rankings and their impact » a été rendu public la semaine suivante, le 17 juin. Enfin, le mois dernier, les 16 et 17 mai, l’UNESCO avait organisé un forum mondial qui a réuni des universitaires du monde entier pour débattre des effets des classements.

Cette conjonction d’événements en un temps aussi court est révélatrice de l’acuité et de l’actualité de la question des classements au cœur du débat public. Il en ressort une nette similitude des constats quant aux biais et aux limites méthodologiques des classements les plus connus, une grande circonspection quant à leur utilisation dans l’élaboration des stratégies d’établissements, une certaine inquiétude quant à leurs effets induits en termes de politique publique d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi qu’une unanimité réelle autour de l’idée de classement multidimensionnel.

C’est sur le thème des classements, de leur utilité et de leurs effets que la CPU organisera son séminaire de rentrée jeudi 15 septembre prochain. A cette occasion, l’étude de U-Multirank et le rapport de l’EUA « Global university rankings and their impact » seront présentés aux participants.

(1) CHERPA : Consortium for Higher Education and Research Performance Assessment
(2) Observatoire des Sciences Techniques


Lettre du 29 juin 2011 - n°72
http://www.cpu.fr/index.php?id=1&no_cache=1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire