Suivre par Email

mercredi 31 août 2011

Oui à l'examen d'entrée pour devenir ingénieur civil

Selon les doyens des facultés poyltechniques, l'examen d'entrée favoriserait le taux de réussite des étudiants en première bachelier.
Selon les doyens des facultés poyltechniques, l'examen d'entrée favoriserait le taux de réussite des étudiants en première bachelier.

Les quatre facultés polytechniques francophones se sont exprimées contre la suppression du ticket d’entrée proposée par le ministre de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt. Pour les doyens, il faut maintenir cet examen, qui existe depuis une centaine d'années et qui contraint les étudiants à se préparer à ces études tout en s'y impliquant. Les futurs ingénieurs civils sont en plein dedans : l'examen d'entrée, sorte de passeport pour entamer leurs études. Jean-Claude Marcourt, le ministre de l’Enseignement obligatoire, a proposé de supprimer cette épreuve.

Les quatre facultés polytechniques francophones ont tenu à réagir à cette annonce. Ils sont contre cette suppression. Paul Lybaert, doyen de la faculté polytechnique de Mons, confirme : ''Entre nous, on est parfaitement d’accord pour dire que cet examen d’admission est important et on y tient. On souhaite le garder. On souhaite rencontrer le ministre Marcourt pour exposer notre position et entendre la sienne.''

Quels arguments justifieraient le maintien de cet examen d’entrée ? Les doyens des facultés polytechniques soulignent l’effet positif qu’engendre cette épreuve sur le taux de réussite des étudiants entamant leur premier cycle d’études : ''L’examen en polytechnique est presque une institution en soi. Il a plus d’un siècle. Il a imprimé une dynamique qui nous paraît essentielle. Les étudiants préparent cet examen dès la dernière année d’études du secondaire. Il conduit les enseignants à s’impliquer dans cette préparation. Toute cette dynamique là, nous y tenons beaucoup. D’autant qu’elle a un effet direct sur la réussite en première bachelier, toutes orientations confondues. Le taux de réussite des étudiants de première génération tourne autour des 40% en Communauté française. Dans les facultés des sciences appliquées, on est à 60%'', conclut Paul Lybaert.

Fabrice Gérard

mercredi 31 août 2011 à 13h08

http://www.rtbf.be/info/regions/detail_oui-a-l-examen-d-entree-pour-devenir-ingenieur-civil?id=6675163

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire